Le réveil sonne

Publié le par La petite infirmière

Le réveil sonne

Ce matin, le réveil sonne. Je me lève comme un robot. Bee dee, bee dee (bruits de vieux robot des années 80). Il est bien trop tôt. À peine 6 heures. Seulement 6h30 de sommeil. Ce soir, j'irai au lit plus tôt. C'est ce que je me dis tous les matins mais cela reste difficile pour un oiseau de nuit de se coucher en même temps que les poules. La maison est silencieuse. Tout le monde est endormi. Hagarde, je me dirige à pas de loup vers la salle de bains. Ma mission, me préparer vite (et bien), boire mon précieux jus de chaussette tout en me maquillant en même temps (eye liner dans une main, la droite de préférence et tasse dans l'autre). Tout cela en faisant le moins de bruit possible pour ne pas réveiller Pâquerette et ainsi ne pas entendre un "maaamaaan" déchirant juste au moment où les bras chargés (clés, agendas, gâteaux, bouteille d'eau, j'en passe et des meilleurs...) je passerai devant sa chambre pour atteindre la porte d'entrée. Une fois dehors, mission accomplie, j'ai réussi avec brio à m'extirper de la maison. Personne ne s'est réveillé, je ne suis pas en retard et plutôt de bonne humeur.

Je m'installe donc dans ma "roulotte" (ceci en référence au nombre incalculable de choses que l'on trouve dans ma voiture). Démarrage au quart de tour de mon bolide. L'hiver n'est pas encore là, pas besoin de se geler les mains de bon matin en grattant le pare-brise. J'allume la radio en grignotant un petit gâteau et déjà le téléphone sonne. Là, ça y est, je suis prête, la journée peut commencer.

Commenter cet article