La petite infirmière et les séries

Publié le par La petite infirmière

La petite infirmière et les séries

Il faut que j'arrête les séries, vraiment il le faut. Voilà, je viens de découvrir "The Walking Dead", une super série bien gore sur les zombies. J'ADORE. C'est très addictif et du coup comme j'ai les épisodes des cinq saisons sous la main, ce qui fait au bas mot une soixantaine d'épisodes, j'ai beaucoup du mal à me limiter. Le soir, lorsque les trois Schtroumpfs sont couchés, nous plongeons monsieur muscle et moi dans notre canapé moelleux et nous entrons dans un monde de désolation, infesté de zombies pour un, deux ou trois épisodes. Le matin, dur, dur de se lever car la soirée s'est poursuivie tard et que la nuit a été agitée (peuplée de morts-vivants en tous genres, visages lacérés, membres broyés, du sang coulant à flot). Je pars donc bon pied, bon œil, pas très rassurée de traverser mon jardin dans l'obscurité du petit matin. Durant ma tournée, je m'interroge sur mon intérêt pour ces histoires de zombies. Il y a d'abord le côté "fin du monde" que j'apprécie (pour voir vraiment ce que les héros ont dans le ventre, c'est de la survie non de non) et puis les zombies, qui sont des humains infectés, pas très sympathiques certes mais humains quand même. Il y a une dimension philosophique là-dedans. On doit se protéger d'êtres qui, hier, étaient nos voisins, nos amis, notre famille. C'est très étrange. Durant la matinée, je me surprends à imaginer certains de mes patients métamorphosés en morts-vivants. Drôle de vision pendant que je fais le pansement d'un monsieur d'une cinquantaine d'années plutôt bel homme, transformé pour l'occasion en zombie sanguinolant. Il faut vraiment que j'arrête ces séries. Mais mon côté geek reprend vite le dessus et j'ai hâte de retrouver Rick Grimes et ses compagnons pour de nouvelles aventures. Vivement ce soir !