Le mercredi, c'est ravioli.

Publié le par La petite infirmière

Le mercredi, c'est ravioli.

Dans la semaine, mon jour de repos, c'est le mercredi. Pas de travail, je laisse la place à mes collègues dont les enfants ont plus de dix-huit ans. En réalité, jour de repos, c'est sur le papier car le mercredi, c'est plutôt jour de marathon.

Cela commence tôt le matin, où la grasse mat' du mercredi n'est qu'un lointain souvenir. Merci madame la ministre de l'Education nationale. À 7 h 15, tout le monde est sur le pied de guerre. Coquelicot et Tournesol vont à l'école. La motivation n'est pas au rendez-vous, les pieds traînent sur le carrelage de la cuisine. Il faut se dépêcher car l'heure tourne. A midi, je récupère tout ce petit monde affamé. Pâquerette suit le mouvement, elle m'accompagne dans mes déplacements. À l'heure du déjeuner, elle a déjà mis (et enlevé) trois fois son manteau, enfilé (et posé) tout autant ses chaussures.

L'après-midi, le marathon continue. Il y a les devoirs à faire puis les activités sportives des grands, qui ne sont pas les mêmes évidemment (ce serait trop facile). J'en emmène un à un endroit, puis l'autre à un autre, puis je récupère le premier et l'on file chercher le deuxième. Pâquerette m'accompagne toujours sans trop ronchonner. Elle a l'habitude.

Et encore, je n'ai pas à me plaindre, mes enfants ne font qu'une seule activité. Je me demande comment font les autres parents quand il y a en plus la musique ou le dessin ou même les deux. Ils doivent être de super-héros avec de super-pouvoirs.

Le soir venu, nous rentrons fatigués à la maison. La journée est passée comme un éclair sans nous laisser beaucoup de temps pour être simplement ensemble. Ne pas regarder l'heure, ne pas se dépêcher, prendre un moment pour faire un jeu tous ensemble, ne rien faire, s'ennuyer, c'est comme cela que devrait être le mercredi. A méditer.

Commenter cet article

La petite sœur dans la mégalopole 12/10/2015 22:50

Le temps qui file entre les doigts... En attendant que les miens soient vraiment grands et obligés de répondre présents les mercredis matins, on fait parfois l'école buissonnière et on est ravis de ce temps "ravi"...