Oiseau de nuit...

Publié le par La petite infirmière

Sortir le soir, retrouver des amis ou rencontrer de nouvelles têtes.

Sortir le soir et entrer dans l’univers particulier des noctambules.

Sortir le soir, rester accouder au bar et regarder les autres comme si on regardait un film.

Sortir le soir, danser un peu au début et à la folie à la fin de la nuit.

Sortir le soir, discuter et refaire le monde.

Sortir le soir mais se rendre compte que malgré tout, on a vieilli. Pas dans la tête bien sûr. Dans la tête, on a le même âge qu’avant, lorsque faire la fête comptait plus que tout. Simplement parce que l’on a évolué, que notre statut a changé. On est devenu parent. On travaille. On récupère moins vite, la faute aux années. On sent cet imperceptible décalage qui nous plonge dans la réalité : ce n’est plus comme avant. Pas moins bien, certes mais différent. On boit un verre, on rit, on danse avec sur les épaules une pointe de maturité qui rappelle que les années ont filé comme un éclair. Le temps de l’insouciance s’en est allé, me laissant un petit pincement au cœur. J’aime toujours autant sortir, j’aime l’ambiance de la nuit mais désormais j’en profite par parcimonie lorsque mon emploi du temps me le permet, lorsque je suis disponible et surtout lorsque j’en ai vraiment envie.

Oiseau de nuit...

Commenter cet article