C'est ta fête ! (pour toutes les mères imparfaites)

Publié le par La petite infirmière

C'est ta fête ! (pour toutes les mères imparfaites)

Aujourd’hui, c’est la fête des mères, que l’on célèbre une fois par an. Une seule fois par an ! Lorsqu'il est petit, notre enfant nous offre un cadeau fait de ses petites mains. Il est rangé, là, bien au fond de son cartable. Il a modelé, collé, dessiné, peint avec amour !

Plus tard, lorsqu'il grandit, on reçoit de lui un bouquet de fleurs apporté par un livreur ou un petit mot, un baiser ou simplement un coup de téléphone.

Pourtant être mère est à cent mille lieux du conte de fées. On en bave, on en a marre parfois, on s’énerve et on perd patience. Qui n’a pas fait un ouf de soulagement lorsqu’arrive l’heure de coucher ces chères petites têtes blondes ? Qui ne s’est pas retenu de partir en courant lorsqu’un caprice sorti de nulle part est venu entacher une journée presque parfaite ? Qui n’a pas pensé laisser son ado sur le bord de la route, juste un petit moment pour qu’il comprenne que faire la gueule toute une journée, c’est un peu lourd à la longue ? Qui n’a pas eu envie de hurler « vous me faites tous chier » quand pour la cinquantième fois de la journée vous avez dit à vos enfants que « stop, les chamailleries, ça suffit ! » ? Pas moi en tout cas, suis coupable m'sieur le juge !

Pourtant, on se donne du mal, on essaie de faire de son mieux. Avec le travail et tout le reste, pas facile tous les jours d’être là avec eux, sans penser, ni faire autre chose. Être mère, c’est cela : rester à leurs côtés, les soutenir lorsqu’ils ont besoin, lorsque la vie leur semble dure.

Ma mère a des défauts comme tout le monde. Mais, elle est là lorsque j’ai besoin d’elle et surtout elle a confiance en moi.

Alors aux chiottes les bouquins qui parlent de « comment devenir une mère parfaite en dix leçons ? », il n’y en a pas de mères parfaites et c’est tant mieux !

À la poubelle, les comparaisons sur l’éducation des enfants ! L’herbe semble, vue de loin toujours plus verte ailleurs !

Au vide-ordures, les modèles erronés. Non, la Barbie Doucoeur n’existe pas (« la famille Doucoeur, c’est la famille du bonheur », vieille pub de Barbie des années 80 !).

Vive l’imperfection ! Vive la singularité et bonne fête à toutes les mamans (surtout à la mienne) !

C'est ta fête ! (pour toutes les mères imparfaites)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article