Parler de la vie ou comment se prendre une claque à sept heures du matin !

Publié le par La petite infirmière

image Flickr

image Flickr

J'arrive devant le grand portail. Le jour est déjà levé depuis un petit moment. Je pense à mon lit qui me manque et ma motivation, déjà au ras des pâquerettes en prend un sacré coup.

Je rentre dans le jardin et frappe doucement à la porte. Il vient m'ouvrir et m'accueille avec un large sourire. Il a pris rendez-vous pour sa prise de sang mensuelle. Je pique, remplie les tubes et enlève le garrot. Je reste concentrée car la fatigue tente de reprendre le dessus. Hier soir, je me suis endormie encore trop tard en me promettant de me coucher plus tôt la prochaine fois.

Après le soin, je me détends un peu et nous commençons à discuter de tout et de rien, puis il y a ce moment où la conversation prend une autre tournure. Il parle alors de sa maladie apparue quelques années auparavant alors qu'il menait sa vie à cent à l'heure. Il me dit qu'après cela, il n'a plus été le même : voir la mort rôder tout autour de son lit d'hôpital, la sentir de plus en plus proche, cela vous change un homme. Il me raconte tout cela le plus naturellement du monde, sans fioritures ni artifices puis il parle de ce corps à qui la vie a offert une deuxième chance. Chaque jour désormais, il se rappelle le miracle qui lui a été donné d'être encore là et se promet de faire attention à ce corps qui l'a sauvé. Maintenant, il écoute les signes, se repose, vit sainement parce qu'il sait qu'il n'y aura peut-être pas de troisième fois.

En partant de chez lui, je regarde l'heure à ma montre : il est sept heures du matin et je me suis pris déjà une bonne claque dans la tronche. Je ne me promets pas de changer complètement mais juste de faire un peu plus attention à moi parce que souvent notre vie de soignant nous fait oublier la nôtre de vie : celle qui bat à l'intérieur, celle qui nous permet de respirer, de bouger, celle qui nous fait être là. Juste nous écouter un tout petit peu plus sans vouloir à tout prix être un warrior de tous les instants, parce qu'un warrior aussi a besoin de faire une pause de temps en temps...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article