Et avec cela, je vous mets quoi ?

Publié le par La petite infirmière

Et avec cela, je vous mets quoi ?

L'autre jour, j'attendais patiemment au rayon charcuterie-traiteur du supermarché. Au vu de l'heure tardive et de mon frigo vide, j'avais pris la sage décision de faire la queue au rayon, histoire de nourrir avant minuit les Mogwaïs qui peuplaient ma maison (et je ne parle pas des animaux !) afin d'empêcher (en leur donnant à manger avant minuit) leur transformation en Gremlins (qui beugleraient " Maman, miam, miam" d'une voix gutturale !!!). Je bullais dans mon coin, les yeux dans le vague, écoutant vaguement la voix nasillarde de la vendeuse : "Et avec cela, je vous mets quoi ?". Je levais la tête pour la regarder et ne pus m'empêcher de sourire. Sa phrase me rappelait vaguement quelque chose, mais je ne savais pas quoi. Je l'écoutais, la regardais servir et tout en l'observant je me suis imaginée entrant chez un patient : J'ai ma valise et je viens dans la maison pour la première fois. Le monsieur me tend son ordonnance : " Réfection de pansement tous les jours pendant x jours, injection d'anticoagulants tous les jours à la même heure et faire prélèvement de plaquettes deux fois par semaine".

Je prépare mes affaires, me lave les mains, sors le matériel et passe un bon quart d'heure à (1) défaire le pansement (vraiment très serré !), (2) nettoyer (3) refaire le pansement. Une fois le premier soin terminé, je regarde le monsieur et lui demande :

  • Et avec cela, je vous mets quoi ?

  • Une injection s'il vous plaît et une prise de sang, me répond le monsieur.

  • C'est votre jour de chance, chez les infirmiers libéraux le deuxième soin compte pour moitié et le troisième est gratuit ! Ce sera tout ?

  • Waouh, merci ! Oui, ce sera tout pour aujourd'hui...

 

Lorsque je suis arrivée devant la charcutière, j'avais un grand sourire aux lèvres.

  • Et pour la dame, je lui mets quoi ? m'a-t-elle demandé en me rendant mon sourire.

J'ai failli lui dire "une demi-injection et un prélèvement gratos" mais je me suis retenue et ai commandé ce dont j'avais besoin. Elle m'a servi, a tapoté sur sa machine et m'a tendu le paquet. En me dirigeant vers la caisse, j'ai regardé le ticket agrafé et j'ai pensé à mon prochain jour de facturation. Pour nous, les infirmiers libéraux, un tarif dégressif. Pour mes trois articles achetés qui avaient au moins le mérite de sauver mon repas du soir, aucune remise quelconque et surtout pas de premier article à plein tarif, ni de deuxième à moitié prix et ni même de troisième gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article