Pas envie d'y aller !

Publié le par La petite infirmière

Pas envie d'y aller !

Parfois, lorsque le week-end se termine, que la nuit tombe doucement sur la campagne, un sentiment étrange s'empare de moi. Il m'envahit sournoisement entourant ma fin de journée d'une amère noirceur. Un léger poids s'installe dans ma poitrine et je prononce ces quelques mots dans un soupir : "j'ai pas envie d'y aller demain !". Le blues du dimanche soir prend possession de tout mon être. J'ai beau me raisonner en me disant qu'il me reste du temps avant l'heure du coucher, rien n'y fait, j'erre comme une âme en peine en me répétant que le week-end est passé trop vite et qu'il va falloir se lever en même temps que la plus matinale des poules ! Rien que de penser à mon réveil qui va carillonner, à cette désagréable sensation de sortir d'un rêve et de rentrer dans un cauchemar (celui de se lever alors que tout mon corps me supplie de rester allongée), à la froideur du petit matin, un frisson me parcourt l'échine. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence : demain matin, je me lèverai. J'aurai cette petite boule coincée entre ma poitrine et mon estomac. Je tremblerai légèrement de froid en mettant un pied par terre. Je ferai le moins de bruit possible pour ne réveiller personne tout en ayant envie de crier : "y'a personne qui peut y aller à ma place ?!". Je me préparerai dans un silence presque religieux à l'exception d'un "P....N de M...E j'ai oublié de sortir un tee-shirt !". Je pénètrerai dans le froid de l'hiver après avoir avalé à la va-vite un café et allumerai ma voiture en me demandant si c'est humain d'être là-dehors à 6 heures du matin ! Enfin, je partirai. J'avalerai les kilomètres jusqu'à la première maison puis commencerai ma matinée de boulot. Le repos de la veille ne sera plus qu'un souvenir et j'attendrai le prochain week-end avec impatience sans penser une seule fois au futur blues du dimanche soir !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article