Journal de la prairie jour 15

Publié le par La petite infirmière

Journal de la prairie jour 15

« Vivre avec des poules, des moutons et un potager », serait-ce cela la tendance du moment ? Revenir à l’essentiel, retourner à la terre, cela prend tout son sens dans cette période de repli sur soi. Ici à la campagne, la vie en confinement ne change pas beaucoup de d’habitude. Il y a le jardin et puis la nature qui reste la même ! Je pense souvent en ce moment à ceux qui me demandent si ce n’est pas chiant d’habiter dans un coin paumé (genre y’a vraiment rien ici, pas un resto ouvert le dimanche soir, pas de magasin de fringues à moins de vingt kilomètres). Aujourd’hui, je veux leur dire que non, finalement c’est plutôt bien en ces temps bizarroïdes de vivre à la campagne (même si les champs et les oiseaux ne protègent pas de tout !). 

C’est le quinzième jour de confinement et j’ai envie de penser à tous les soignants qui vont au charbon et aux autres qui se débrouillent avec les moyens du bord : les profs et les instit’ qui se démerdent seuls avec les cours et qui font ce qu’ils peuvent pour que les gamins ne coulent pas à pic ; les indépendants comme mon colonel en chef qui tentent de continuer malgré tout et qui appréhendent l’après autant que le pendant... Il y a tous les autres, vous me direz. Oui mais maintenant que notre monde se réduit au pâté de maisons qui nous entoure, je veux penser à mon homme commerçant, ma soeur instit’, mes copines instit’, la maîtresse de ma poulette, mes collègues infirmières libérales, mes copines infirmières. Je pense à eux, je pense à toi qui lit ces lignes, courage,ça ira mieux demain. Ça ira forcément mieux demain...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article