Journal de la prairie jour 25

Publié le par La petite infirmière

Journal de la prairie jour 25

Journée étape 

6h30 : je mets mon masque avant de rentrer chez le premier patient. « Bonjour... Ça va ce matin ?... »

 

9h00 : la tournée avance doucement. Le silence a envahi les rues, la vie semble encore plus au ralenti « Bonjour... ça va aujourd’hui ? Il fait beau ce matin ... »

 

12h30 : je passe au cabinet avancer quelques factures. J’ai envie d’enlever mon masque mais ne le touche pas...J’ai envie de faire pipi mais ne le fais pas...

 

13h30 : la maison pointe le bout de son nez. La tournée s’est déroulée « comme sur des roulettes » ce matin, sans accro, ni mauvaise surprise. Je désinfecte l’intérieur de l’habitacle puis mon portable puis mes clés. Je me déshabille dans le jardin et mets toutes mes affaires dans un sac. Je rentre par le garage et jette tout dans la machine : programme long à 60 degrés. J’entre dans la maison et file sous la douche. « Bonjour, comment ça va ? ». Je change de peau en sortant de la douche et m’habille en version cooconing. Mon maquillage a coulé et mes cheveux sont trempés. 

 

Le bout d’après-midi passe en accéléré mais je prends le temps de me poser au soleil en mode lézard. Juste quelques minutes : une chaise longue, un café et un test de personnalité que mon soldat numéro 2 veut absolument me faire. Le test dure trois plombes, mais on se marre et c’est ce qui compte.

 

17h00 : je me change pour repartir en tournée. Calot fait main, tenue blanche, masque et sabots.

 

18h00 : j’enchaîne les kilomètres autant que les « bonsoir, comment s’est passé la journée ? ».

 

19h00 : la tournée s’achève. Avec ma collègue, nous avons partagé le soir en deux, question d’organisation. La route est déserte. Il flotte dans l’air comme une impression de fin du monde.

 

19h30 : Après une dernière ronde remplie de regrets (pas de trace du chien chien depuis cinq jours maintenant), j’aperçois la maison tout en bas du chemin. Je re-désinfecte ma voiture, puis mon portable, puis mes clés. Je me déshabille dans le jardin, passe par le garage, jette mes fringues dans la machine, programme long à 60 degrés et fonce sous la douche. « Coucou, c’est moi. Suis rentrée... »

 

À demain, les zamis. Surtout, surtout prenez soin de vous...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article