Journal de la prairie jour 34

Publié le par La petite infirmière

Journal de la prairie jour 34

Jour 4/6. Un moment de pose pendant la journée (affalée comme une grosse larve sur le canapé). Le premier depuis ce matin et il est déjà 16h. Après la tournée, suis allée faire directement les courses, histoire de finir en beauté (donnez-moi une corde 😉). J’en avais tellement pas envie que j’ai fait cela en un temps record, genre en mode accéléré dans les rayons, accrochée à mon chariot qui menaçait à chaque instant de se renverser tellement il était plein à craquer (pas d’inquiétude je n’ai pas pris dix kilos de papiers toilettes ni quinze de farine !). Avec des ados, conserver des réserves de bouffes pendant trois jours est aussi difficile que traverser l’Arctique au côté de Mike Horn alors quand je fais les courses, j’y vais franchement ! 

En arrivant chez moi, j’ai mis tout le monde à contribution pour désinfecter, trier et ranger. Un vrai esprit d’équipe : 

-« Toi tu désinfectes, toi tu tries, toi tu ranges et moi, vais me doucher » (ô joie de donner des ordres !). 

-« M’man, la dernière fois,   c’est lui (lui=son fréro) qui désinfectait ! Je peux le faire, dis, ste plaît, ste plaît ? Suis trop petite pour ranger ! »

-« Si tu veux... »

-« Trop cool, merci ! »

Parfois, les envies d’une gamine de sept ans me paraissent quelque peu étranges...

On s’est promis de faire un jeu avant que je reparte bosser, mais cela va être chaud pour motiver les troupes : le colonel en chef s’est transformé en Bob le bricoleur, le soldat numéro 1 mène un guerre virtuelle à laquelle je ne comprends que dalle (avec d’autres soldats qui lui parlent dans un casque et que j’entends crier de temps en temps : « mais merde, y’avait un traceur derrière toi ! »/« les mecs, faut faire un ulti »), le soldat numéro 2 s’est isolée dans sa chambre pour un peu de tranquillité et le numéro 3 s’est mis en tête de sortir un maximum de jouets en un minimum de temps (c’est son activité préférée, d’ailleurs c’est pour cela qu’on l’appelle « El destructor »). Quand à moi, le canapé est vraiment trop moelleux pour le quitter. On verra plus tard, après la tournée pour le tournoi de « Bonne paye »(ici, ça joue sérieux. Notre jeu de « Bonne paye », c’est un peu notre CAC 40 à nous !). À demain, les zamis. Prenez soin de vous...

Ps : le dimanche a maintenant une saveur amère : cela fait deux semaines que chien-chien est parti...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article