Journal de la prairie jour 56

Publié le par La petite infirmière

Journal de la prairie jour 56

Nous entrons dans une période de flottement, comme pris entre deux eaux : plus confiné mais pas complètement à la normale. Une période de flottement où l’on oscille entre plusieurs sentiments : une impression de liberté parce que notre liberté a été quand même bien réduite durant ces huit semaines et une impression d’appréhension ne sachant pas encore de quoi l’avenir sera fait. Un peu comme la sensation de flotter avec d’un côté l’envie de s’envoler et de l’autre la peur de s’écraser au sol. 

Toute la matinée, j’ai entendu à la radio : « on est le jour J » et cela me faisait ronchonner dur que l’on transforme cette journée en un truc limite mystique ! Répéter en boucle que c’est le jour J comme si on était en d’atterrir sur une nouvelle planète après un long voyage de plusieurs milliers d’années-lumière et que l’on découvrait un monde totalement nouveau ne fait qu’inciter les gens à se jeter dans les magasins et à faire tout et n’importe quoi ! J’entendais cela et également : « nous allons vers notre envoyé spécial en région pour savoir ce que les gens vont faire en ce premier jour ! Alors monsieur, qu’est-ce que vous allez faire de spécial aujourd’hui ?». J’attendais le moment où quelqu’un dirait : « ben, rien de spécial ! », mais tous les interviewés avaient quelque chose de prévu : Les uns racontaient qu’ils allaient voir leur famille, d’autres qu’ils avaient prévu un apéro avec des amis, d’autres une grosse fiesta... J’ai pensé à ma journée d’aujourd’hui qui ressemblait à un jour normal de travail, et me suis sentie pendant un bref instant dans la peau du looser de la classe. Cela n’a duré que quelques secondes parce que je me suis rappelée que 1) je n’étais pas confinée 2) ma  famille était loin 3) je travaillais et que ce n’était pas le lundi au soleil 4) au fond, je m’en foutais complètement parce que ce jour J n’était pour moi qu’un jour presque comme les autres...

À demain, les zamis. Prenez soin de vous...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article