Bien à vous...

Publié le par La petite infirmière

Bien à vous...

Vous avez une petite soixantaine. Je vous ai recroisée l’autre matin, cela  faisait longtemps. La dernière fois, c’était quand votre mari était en train de mourir. Depuis, on ne s’était plus vu, comme un peu perdu de vue. Maintenant, vous travaillez, vous vous occupez des vieux, ceux qui en ont besoin, ceux qui sont seuls chez eux. Vous êtes gardienne d’anciens et ce n’est pas péjoratif. Vous êtes leurs yeux qui ne voient plus, leurs mains qui n’attrapent plus, leurs jambes qui ne marchent  plus. Vous croiser comme cela, au hasard d’une tournée,  c’est comme voir une vieille amie que l’on n’aurait pas avait vu depuis longtemps parce qu’une espèce de lien invisible nous réunit. Celui-là même qui nous réunissait dans la chambre de votre mari lorsque la mort flottait au-dessus de son lit. Maintenant, vous êtes là, auprès de cet ancien que vous veillez comme vous l’avez fait des années auparavant. Bien sûr, les larmes ne sont jamais loin, mais derrière vos yeux embués, votre sourire prend toute la place. J’admire ce courage qui vous a fait vous relever. J’admire cette force qui vous a fait renouer avec la vie. Je vous admire et espère vous recroiser bientôt tel un rayon de soleil au milieu d’une tournée morose...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article