Un pour tous et tous pour un !

Publié le par La petite infirmière

Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan, mais qui est qui ?

Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan, mais qui est qui ?

Nous sommes quatre infirmières à œuvrer sur les chemins de campagne : Athos, Porthos, Aramis et depuis le premier janvier D'Artagnan. D'Artagnan se préparait depuis plusieurs mois à nos côtés, en mode remplaçant. Et puis, ça y est, pour la nouvelle année, il a pris son envol. Le décollage a été compliqué, le vol tourmenté et l'atterrissage semé d'embûches, mais comme on dit : "petit à petit, l'oiseau fait son nid", chaque jour est une petite victoire pour D'Artagnan.

Les démarches n'ont pas été de tout repos pour notre D'Artagnan qui en plus de travailler, gérer sa famille, devait passer beaucoup de temps au téléphone pour obtenir les différents documents nécessaires à son installation. Comme le mousquetaire est bien organisé, le timing a été respecté. Il a reçu dans les temps sa carte professionnelle, son logiciel de télétransmission et son lecteur de cartes vitales.

Le matin du 1er janvier, après une courte nuit, il s'est lancé sur le chemin de sa nouvelle vie avec sa mallette toute neuve et sa voiture rutilante. Un chemin sinueux, avec des obstacles à surmonter. Oh, pas de grosses difficultés mais toutes de même suffisamment importantes pour saper le moral des troupes. Voici quelques exemples :

- le lecteur de cartes vitales le plus capricieux du monde : je fonctionne, ah non là je m'éteins, ah ça y est je remarche. Hé, hé, c'était une blague, je me bloque de nouveau.

- les patients pas toujours coopérants pour donner leurs coordonnées : "mais, je comprends pas, vos collègues, elles ont pris ma carte vitale la semaine dernière !", "oui, mais ça ne fait rien, on a chacune notre lecteur.", "vous êtes sûre de vous ? Parce que c'est bizarre quand même !" Je sens que la fumée va commencer à sortir des naseaux !

- les premiers essais de télétransmission qui se soldent par un échec, alors que l'on y a passé un temps infini : "Crotte, je réessayerai demain, marre et re-marre, si je passe une minute de plus derrière un écran, je ne réponds plus de rien !"

- les mutuelles à rentrer dans l'ordi : grand moment car là, on est carrément sur une autre planète, la "planète mutuelle" (planète bien éloignée de notre système solaire) où telle mutuelle marche avec une telle mais pas avec une autre. Comment faire compliqué quand on peut faire simple !

- les cotations à maîtriser : "pourquoi on compte le deuxième soin à moitié et le troisième gratos ?","cherche pas même nous, on comprend pas !"

- le kilométrage à noter pour chaque patient : à la campagne, ça en fait des hameaux à compter "Pour Saint Paumé, tu marques combien de kilomètres ? Et pour Trou du cul du monde-les-bains ?"

Malgré son moralomètre qui fait le yoyo, D'Artagnan tient le coup. Il s'accroche et prend ses marques. Pour l'instant, la charge de travail lui semble énorme mais il continue d'avancer à petits pas. Il veut se laisser du temps, le temps de reprendre sa respiration, d'apercevoir le bout du tunnel et après, il avisera. Lorsque le tsunami du début aura disparu, il y verra plus clair. Pour ma part je ne dirais qu'une chose : courage, D'Artagnan, le jeu en vaut la chandelle.

Et puis les trois mousquetaires ne sont pas trois mais quatre : Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan ! Un pour tous et tous pour un !

Commenter cet article