Je voudrais que les week-ends durent toujours...

Publié le par La petite infirmière

Alexandre le bienheureux...

Alexandre le bienheureux...

Je voudrais que les week-ends durent toujours. Oui, je voudrais les vivre en continu. Ces deux petits jours qui, d’habitude, passent à la vitesse de la lumière seraient figés dans le temps.

 

 Plus de lever aux aurores, la tête lourde, les yeux vitreux, la bouche pâteuse et l’impression que l’on ne va jamais tenir la journée tellement bouger est difficile. Plus de sortie au petit matin sous la pluie, frissonnant, courant jusqu’à la voiture pour éviter les gouttes. Plus de "gâteaux-thermos" avalés à la hâte.

 

Plus de travail et surtout, surtout plus de charges à payer. Envolé ce sentiment désagréable de bosser pour la gloire et surtout pour l’état (marre d’être un citron pressé !).

 

Vive les veillées jusqu'à tard dans la nuit sans se dire que : "Aïe, si je me couche à minuit et me lève à cinq heures trente, ça fait à peine six heures de sommeil, nom de Zeus, vais encore être morte ! ". Finies du même coup, les promesses quotidiennes (bon, ce soir, je me couche tôt !) que l’on n’arrive jamais à tenir.

 

Finis les "je pense à quinze mille trucs en même temps" ou l’art de préparer sa tournée, tout en se rappelant que l’on doit rajouter du beurre à sa liste de courses, qu’en rentrant il faudra vider le lave-vaisselle, prendre rendez-vous chez le pédiatre, faire sa facturation. Stop, ça fume là-haut !

 

Fini le blues du dimanche soir (qui, d'ailleurs pour nous les soignants, peut tomber le lundi soir ou un tout autre soir de la semaine pourvu qu’il soit précédé de deux jours consécutifs de repos). Ce satané blues qui à partir de 18 heures vous fait gonfler le cœur. 

"Ai pas envie d’y aller ! ", "ai autant envie de bosser demain que, au choix : en finir à coups de pantoufle / me baigner dans une eau glacée et ce, en plein mois de novembre / manger une plâtrée d’asticots (bon, chacun ses goûts d’accord mais moi ce n’est pas ma tasse de thé !) ", "veux rester là, toutes façons, j’irai pas ! " sont autant de petites phrases lancées à qui veut bien les entendre (tout le monde y passe : conjoint, enfants et même le chien !).

 

Bonjour le 100 % famille, faire des jeux quand on en a envie sans regarder l’heure, se gaver de câlins. Les regarder grandir sans avoir l’impression d’avoir louper un épisode. Rester des journées entières à glandouiller, en pyjama s’il vous plaît, à regarder des films d’anthologie ( aujourd’hui, les enfants, on regarde au choix : tous les "seigneurs des anneaux"/ "La marquise des anges" (qui ne reste pas marquise bien longtemps, vu qu’elle se tape tout ce qui bouge, je dis ça, je dis rien !) / "Harry Potter de son entrée à Poudlard jusqu’à, (attention spoiler) qu’il trucide Voldemort").

 

Redécouvrir (ou découvrir) le plaisir de cuisiner, de se promener, de faire du sport, de se mettre au dessin sans avoir l’impression que la journée ne dure qu’une minute.

 

Parce que c’est cela le plus frustrant dans le week-end : avoir l’impression que le temps passe trop vite et que l’on n'a rien le temps de faire. On se rassure souvent en se disant que si les week-ends duraient toujours, ce ne serait plus des week-ends. Certes…mais une vie de week-ends, je veux bien essayer pour voir, juste un petit moment le temps de recharger les batteries. En attendant un miracle, je vous laisse, le boulot m’attend…Aujourd’hui, pas de pitié pour les braves, ni demain d’ailleurs !!!!

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article