Journal de la prairie jour 37

Publié le par La petite infirmière

Journal de la prairie jour 37
 

Je me suis rendue compte que mon soldat numéro 3 avait beaucoup grandi pendant ces trente-sept jours de confinement. Je ne sais pas si c’est le confinement en lui-même, les bons petits plats de sa môman (ha ha ha, très drôle !!!) ou le printemps qui la fait pousser, mais elle a pris deux bons centimètres en un rien de temps. En plus, elle vient de perdre son deuxième chicot du haut (avec son père, on s’est promis de lui cuisiner des artichauts matin et soir !), ce qui la fait paraître encore plus grande ! Cela se voit moins pour les deux grands (que je reconnais à peine depuis déjà plusieurs mois : « rendez-moi mes petits ! Qui êtes-vous monsieur et vous madame ? !!!! »), mais je pense que pour eux aussi, cette période bizarre les fera grandir encore plus vite ! Les choses matérielles (du style les tee-shirts moches de chez Jennyfer ou les vestes Fred Perry qui coûtent l’équivalent d’un rein) n’ont pas l’air de leur manquer. Ce qui est plutôt bien. Ils ne feront peut-être pas partie de ceux qui se précipitent au Macdrive et font la queue des heures durant pour un big Mac dégueu (bizarre, je pensais que les restau étaient fermés... Ah oui, mais je suis con : pour certains d’entre eux qui engrangent des millions, ce n’est pas pareil !!!) ! Avec mon colonel en chef (enfin surtout lui parce que j’avoue que cela me dépasse un peu), on est décidé à devenir de plus en plus autonome niveau jardin. On avait déjà un potager sympa depuis quelques années (j’ai une passion pour l’arrosage. Certains font de la méditation pour se relaxer le soir. Et bien moi, j’arrose en regardant les plants de tomate pousser, les yeux dans le vague !), mais là, on va le transformer en truc de compét’ ! Au rythme où les choses évoluent, mieux vaut prévenir que guérir ! 

Aujourd’hui, jour de repos, j’ai réussi à ne pas penser une seule fois au boulot. Ce qui, en cette période, est un exploit parce qu’à chaque fois que je vais sur les réseaux sociaux ou que j’allume la radio le mot coronavirus est répété des milliers de fois... 

Sinon, le retour à l’école, on en parle ? Ben, non en fait, on n’en parlera pas aujourd’hui. J’attends de voir comment tout cela va s’organiser... Dans un grand bordel, très certainement... À demain, les zamis. Prenez soin de vous...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article